vendredi 18 mai 2018

AUDREY DANS SA BULLE aime écrire, manier les mots, soigner la langue, créer des images.




"Rien n’est lisse mais tout est dit. Rien 

n’est facile et les textes sont aiguisés." 

AUDREY DANS SA BULLE




INTERVIEW DE AUDREY DANS SA BULLE

1. Bonjour AUDREY DANS SA BULLE, bienvenue sur BAZAR MUSIC. La première question, dans quel style musical vous placez vous? J’ai lu ceci: pop électro, alliant français et anglais. Cela vous convient bien ?

Oui, tout à fait, c'est exactement ça. C'est avant tout de la pop à la française mais qui se mélange à la langue anglaise car ces deux langues font partie de ma vie au quotidien, donc il était naturel pour moi de les exploiter toutes les deux sans me mettre de barrières. Le tout se mêle à des sons électroniques qui donnent un côté lumineux et frais aux textes, plus sérieux et nostalgiques.

2. Comment en êtes vous arrivée à vouloir faire ce genre de musique?

Le répertoire d'Audrey Dans Sa Bulle est un parfait mélange de ce que j'aime écouter, de mes influences musicales et de ma personnalité. Mon but était de trouver un juste équilibre entre une écriture soignée et une musique plutôt mainstream car c'est ,moi-même, ce que j'aime trouver dans la musique que j'écoute en général. Je suis une assez bonne cliente des radios « grand public » et c'est donc tout naturellement que j'ai voulu rendre ma musique accessible au plus grand nombre.

3. Et quels sont vos principales influences pour composer ? Peut-on y trouver Mylène Farmer ?

C'est très amusant car cette question concernant Mylène Farmer revient très souvent depuis la sortie de mon EP dans les différentes interviews que l'on m'a consacrées et j'en suis très honorée car c'est une très grande artiste que j'admire pour sa carrière et son originalité! Toutefois, s'il est vrai que j'ai grandi avec sa musique et qu'elle a accompagné mon adolescence, mes influences sont plutôt à rechercher dans la pop et le rock des années 90 et 2000 (Radiohead, Skunk Anansie, Superbus, Portishead, Noir Désir...), mon influence principale étant Emilie Simon qui pour moi est une artiste fabuleuse et particulièrement douée dans tout ce qu'elle fait.

EMILIE SIMON

4. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ORSHAD ?

Orshad a été mon premier projet musical « sérieux ». C'était un groupe de pop rock en français dans lequel j'ai fait mes premiers pas de chanteuse lead sur scène, mais aussi d'auteure-compositrice.

5. J’ai regardé la première vidéo d'ORSHAD : « Te Garder ». Sur un son pop, vous êtes plutôt gothique et la chanson qui paraît être une chanson d’amour, est accompagnée d’images quasiment mystiques, qui rappellent la piéta, même à un moment vous recevez « la communion ». de plus le final se termine, on se l’imagine de façon dramatique ou pas, selon ce qu’on y voit. Quel souvenir avez-vous de ce clip et de cette chanson, vouliez-vous faire passer un message ?

A vrai dire, « te garder » était le premier titre du répertoire d'Orshad que j'avais entièrement écrit et composé, car en général j'écrivais les textes et l'un des guitaristes du groupe travaillait sur la musique. Nous avions à l'époque réalisé ce clip avec une équipe qui nous accompagnait dans la réalisation des visuels et pour le stylisme et c'est cette équipe qui avait entièrement décidé du contenu de ce clip. La seule chose que j'avais vraiment choisie était le lieu du tournage en Gironde, où je passais mes vacances! Je crois que le clip illustre assez bien la chanson qui racontait l'histoire d'une femme prête à tout pour garder son amour qui lui échappait, et qui finit d'ailleurs, dans le clip, par le tuer pour mieux le garder, ....quant au message caché et à l'esthétisme choisi, le réalisateur vous en parlerait mieux que moi !



6. En 2013 vous avez eu un problème de voix, que ressent-on dans de tels moments, car finalement c’est votre outil de travail, une guitare, un piano peuvent facilement se changer, mais la voix... (Céline Dion a connu cela aussi… Lemmy étrangement non, c’était la bière sans doute (rire) ?

Ce qu'on ressent, c'est d'abord de l'incompréhension, puis du désespoir quand on épuise les solutions médicales et qu'elles s'avèrent toutes inefficaces....Mais ensuite, on se reprend, on apprend à faire autrement, et finalement, on trouve une autre voie/voix, et tout se passe beaucoup mieux. Le projet Audrey Dans Sa Bulle ne serait sans doute pas ce qu'il est si je n'étais pas passée par cette épreuve. Cela m'a aussi permis de mettre mes compétences d'écriture et de composition au service d'autres artistes et ce fut très enrichissant.

7. Vous avez écrit pour d'autres artistes. Quand on écrit pour un artiste, est-ce qu’on en choisi un qu’on aime ou peut-on écrire pour un artiste dont-on apprécie pas le style?

Tout dépend de la situation. Si je choisis un artiste parce que j'ai envie d'écrire pour lui, c'est généralement que j'en apprécie la voix, la personnalité, le talent et que j'ai envie que mes chansons soient mises en valeur par lui. Dans ce cas, le travail est très gratifiant et riche.
Puis il y a des collaborations où l'on est davantage dans une logique de «commande» et dans ce cas, on peut toucher à des styles très variés et parfois éloignés du mien mais c'est aussi très intéressant car on apprend beaucoup des autres artistes et c'est à chaque fois un beau challenge pour moi de faire en sorte de m'adapter à l'artiste pour lequel je travaille. Cela n'empêche pas d'avoir parfois de mauvaises surprises mais chaque expérience me mène un peu plus loin.

8. Continuez-vous d’écrire pour les autres ?

Pour le moment, je me consacre vraiment à mon projet car je manque cruellement de temps, mais je n'exclus pas d'écrire pour d'autres si les projets proposés me plaisent.

9. S’il vous était demandé, pour qui aimeriez-vous écrire ?

Bonne et difficile question! Je dirais pour un titre de Daft Punk :-)

10. Pouvez-vous juste nous dire quelques mots sur ODIVIA ?

Odivia est né d'une collaboration avec une chanteuse Australienne, Bella Jabara et un arrangeur parisien, Jules De Gasperis. J'avais écris et composé un répertoire pop en anglais et je cherchais une voix plutôt puissante pour le chanter. J'ai donc passer une annonce et nous nous sommes rencontrés ainsi. Nous avons réalisé et sorti un EP, puis un album, et tourné sur quelques scènes mais le projet n'aura duré qu'un an et demi car Bella a dû quitter la France pour des raisons professionnelles ce qui a mis fin au projet.

Crédit photo: Marco Tassini

11. J’ai regardé votre vidéo où vous avez placé vos paroles sur un tube de Sia ? C’est très intelligent. Vous parlez de vous, n’est-ce pas ? Comment cette idée vous est-elle venue ? Est-ce un exercice difficile ? Pourquoi ce titre «A l’Envers» ne se trouve-t-il pas sur l' EP?

Merci pour le compliment !
C'était un pari risqué, je l'avoue, mais la chanson Chandelier de Sia est un titre que j'adore et qui me touche, et j'avais envie de le reprendre depuis longtemps. Toutefois, il n'était pas question de reprendre l'originale car rien, selon moi, ne peut rivaliser avec la puissance vocale qui se dégage de Sia dans ce titre. J'ai donc choisi de le reprendre à la façon d'Audrey Dans Sa Bulle, en français, avec ma voix telle qu'elle est, avec nos arrangements, sans prétention mais avec beaucoup de respect et en apportant un soin particulier au texte que j'ai donc complètement réécrit afin de ne pas tomber dans la traduction littérale qui peut vite tourner au ridicule. Je ne sais pas si le pari est gagné mais je suis contente du travail réalisé avec mon équipe sur ce titre: Antoine Blanc pour les arrangements, ERE.3173 pour la lyrics video qui habille le titre et Fred Valfrey pour les images.
Ce titre ne se trouve pas sur l'EP mais il pourra peut être figurer sur l'album à venir.



Pour continuer notre voyage dans votre univers, j’ai retenu ceci, qui éveille ma curiosité sur votre Press-Book : A l’écoute, nous plongeons tour à tour dans la transgression, la tentation, l’evasion, le désir, le manque et la distance, tous ces sentiments qui font les relations amoureuses et nous invitent à une introspection personnelle.
l’EP est magnifiquement illustré par une oeuvre d’art de Gérard Bakner en couverture, basée sur un effet d’optique qui donne une impression de mouvement au portrait présenté et présage déjà de la houle et de l’agitation qui sont au coeur des histoires racontées dans les chansons de l’EP.
Rien n’est lisse mais tout est dit. Rien n’est facile et les textes sont aiguisés.

Alors allons-y :

- la transgression, La transgression, mais la transgression par rapport à quoi ou à qui ?

Dans ce premier album, il s'agit surtout de la transgression dans la relation amoureuse, des envies d'ailleurs, mais aussi de la transgression personnelle, celle par laquelle on réalise ses fantasmes, on sort de son personnage quotidien et on explore d'autres parts de soi même.

- la tentation, La tentation n’est-ce pas un terme négatif, qui fait penser au mal ?

La tentation est au cœur de ce projet, d'où le nom de l'EP d'ailleurs : TANTALE.
La tentation, il est vrai, peut être négative et entrainer la destruction. Mais ne peut-elle pas aussi parfois nous amener à nous surpasser, à atteindre ce qu'on pensait être inaccessible, à nous découvrir jusqu'à mieux nous connaître ? En tout cas, elle est une part de notre humanité et c'est cette humanité qui a constitué mon principal objet d'étude lors de l'écriture de ce projet.

- l’évasion, S'évader de quoi, d’un monde trop fermé ?

Oui sans doute. Fuir le quotidien oppressant, la monotonie, le déjà vu.



- le désir, Pensez-vous que le désir ait une place importante dans notre vie, est-il toujours légitime ?

Je ne sais pas si le désir est légitime mais il est naturel. Il tient sans aucun doute une place importante dans notre vie, qu'il s'exerce sur une personne ou un objet...

- le manque, Le manque de l’amant n’est-ce pas ? Est-ce que c’est avant tout un manque sexuel, ou alors est-ce un manque de l’autre, simplement de sa présence ?

Pas uniquement le manque de l'amant mais simplement le manque de l'être aimé, le vide qui s'installe parfois quand on perd celui ou ce à quoi l'on tient et qui nous oblige à nous retrouver seul face à nous mêmes.

- la distance, Il s’agit bien de la présence de l’être aimé, n’est-ce pas ? La solitude est-elle difficile à vivre ?

La solitude est sans doute ma meilleure alliée. Elle ne me fait pas peur et m'apporte beaucoup, notamment la paix, le calme et l'envie créatrice. Ce n'est pas par hasard que le projet se nomme Audrey Dans Sa Bulle. Ce projet est une vraie représentation de ce que je suis et je m'encombre assez peu, finalement, de l'avis des autres ou du bruit ambiant. J'ai appris à relativiser et à avancer en faisant confiance à mon intuition aussi souvent que possible.

- tous ces sentiments qui font les relations amoureuses Nous avons la réponse à mes questions. Les sentiments amoureux peuvent-ils ne pas être sincères ou alors sont-ils le plus souvent difficiles : « On se like, mais on ne s’aime pas » ?

Cette citation est issue des paroles de « cool » qui traite de la distance que les nouvelles technologies et les réseaux sociaux ont mis entre les gens. Je crois qu'il n'y a pas de sentiments et de relations plus faux que ceux que l'on croit construire à travers ces outils. Bien sûr qu'on se like mais qu'on ne s'aime pas. L'amour se trouve ailleurs. On s'observe, tout juste, et mal !

- et nous invitent à une introspection personnelle. Quelles bases prenez-vous pour cette introspection personnelle?

D'abord l'observation du monde exterieur et ensuite une réflexion personnelle et une analyse de ce que j'en retiens.

La suite du texte que je reproduit ici : « l’EP est magnifiquement illustré par une oeuvre d’art de Gérard Bakner en couverture, basée sur un effet d’optique qui donne une impression de mouvement au portrait présenté et présage déjà de la houle et de l’agitation qui sont au cœur des histoires racontées dans les chansons de l’EP. » nous décrit la magnifique pochette de l’EP, auriez-vous quelque chose à rajouter, car elle ne laisse pas indifférent.

L'oeuvre sur la pochette a été créée par Gérard Bakner, un artiste contemporain de très grand talent et c'est un immense honneur qu'il m'a fait en m'offrant ce magnifique cadeau. Si vous fixez l'oeuvre, vous aurez l'impression que le portrait représenté bouge car elle est construite sur un effet d'optique.
Mais l'auteur vous en parlerait mieux que moi donc je vous conseille de vous précipiter à l'une de ses expositions, elles sont fantastiques et déroutantes !



Craignez-vous que les gens disent que l’EP ne corresponde pas à l’attente que pourrait susciter la pochette de votre EP ?

Pas du tout, déjà parce qu'elle me plait et c'est l'essentiel ! Elle est en parfaite adéquation avec le contenu de l'EP et je pense que l'un ne va pas sans l'autre.
Ensuite, parce que tous les retours jusqu'à présent sont très encourageants. Je remercie d'ailleurs vivement les radios qui nous diffusent déjà et les blogs, qui, tels le vôtre, ont réservé un bel accueil à Audrey Dans Sa Bulle .

Enfin la fin du texte dit : Rien n’est lisse mais tout est dit. Rien n’est facile et les textes sont aiguisés. Cela est à retenir, je pense. Est-ce que vous pourriez développer un peu, car je trouve ces deux phrases fortes ?

Chaque titre de l'EP et de l'album à venir a sa propre personnalité. J'ai voulu, avec mon équipe, faire de chaque chanson une petite histoire qui s'inscrit dans un ensemble qui forme une grande histoire, tout en offrant un son frais et dansant, mais sans compromis. Je souhaitais que le fond et la forme puissent se compléter intelligemment et que l'accès au texte soit direct, sans faux semblant, efficace et synthétique. Je crois que, grâce à un vrai travail d'équipe, l'objectif est atteint, pour la musique, mais aussi pour l'univers visuel du projet.

12. Êtes-vous satisfaite de Tantale ? Ou auriez-vous ajouter une autre chanson ?

Tantale est un EP, un avant goût de l'album, il fallait donc choisir. On a toujours envie de tout mettre! Mais cela n'étant pas possible, nous avons choisi un échantillon représentatif de l'univers d'Audrey Dans Sa Bulle en espérant que cela donnera aux auditeurs l'envie d'en découvrir plus !

13. Tantale est le fils de Zeus et de Ploutô. Êtes-vous attirée par la mythologie grecque ?

Oui, j'aime beaucoup les histoires de la mythologie. Je la trouve passionnante et inspirante. L'histoire de Tantale, condamné à la tentation et à la frustration pour avoir trahi les Dieux, se prête parfaitement à l'univers de mon projet et aux émotions qu'on y trouve.

14. En écoutant vos cinq morceaux, certains sont plutôt dansants tandis que d’autres ne le sont pas, aimez-vous que les gens dansent sur vos chansons ou alors les écoutent en toute sérénité comme votre serviteur (je ne danse pas sauf des fois quand je fais la vaisselle) ?

J'aime beaucoup les deux : danser et écouter tranquillement, avec un bon casque, la musique que j'aime. J'ai donc naturellement fait les deux dans mon projet. Chaque personne qui l'écoute est libre de choisir SA façon de l'écouter, mais j'avoue que j'aime qu'on prête attention aux textes ! (rires)



15. Vous mélangez le français et l’anglais, quelle en est la raison principale ?

(voir QUESTION 1)

16. Vos chansons sont plutôt tristes ?

Non, je ne crois pas. Teintées de nostalgie sans doute, à mon image, mais toujours optimistes !

17. « On se like mais on ne s’aime pas » est une phrase grave.

Oui mais le sujet que traite cette chanson (cool) est grave aussi (rires) !

18. Nous allons nous arrêter là pour l’interview, car il y aurait beaucoup de questions. Mais celle-ci peut résumer celles que j’aimerais encore vous poser : vous prenez un grand soin au texte. Vos chansons ont du sens. Qu’en dites-vous ?

J'aime écrire, manier les mots, soigner la langue, créer des images. Je ne me pose pas tellement la question quand j'écris, mais je crois que je ne sais pas faire autrement.

19. En deux mots que pouvez vous dire sur :

Mylène Farmer : immense star, très créative, inimitable

Calvin Harris : vivement l'été !

Louane : sujet non maîtrisé !

Pink Floyd : another brick in the wall !

Patti Smith : marginale et libre

Janis Joplin : morte trop tôt

Frank Zappa : polyvalent !

Véronique Sanson : aaaahhhhh Véronique ! Que de belles chansons !

Zazie : excellente auteure, j'aime beaucoup son style

Maurane : voix de velours qui nous manque déjà

Lorie : bourreau de travail !

20. Merci beaucoup Audrey, je vous laisse terminer. Vous pouvez écrire tout ce que vous voulez :

Un grand merci à vous pour cette interview et votre soutien ! J'ai passé un très bon moment en votre compagnie ! A très bientôt.



1/ Le site officiel:         


2/ Le lien souncloud pour écouter les titres de l'EP:


3/ Le lien vers notre cover vidéo de SIA sur YOUTUBE:


4/ Le lien vers le site de Gérard Bakner, artiste qui a fait le visuel:


5/ Le lien de ERE.3173, le graphiste du projet qui a réalisé l'ensemble de la jaquette:


6/ Le lien d'Antoine Blanc, l'arrangeur du projet, mon binôme.



ICHIGO SAMURU





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DAMIEN J. JARRY "nous jouions aux rockeurs comme des enfants jouent aux cow-boys" PARTIE II

Les amis, voici la suite de notre discussion avec cet  artiste hors norme qu'est Damien J. Jarry. Nous parlions  de Queen. Voi...