jeudi 15 février 2024

Odonata X-1, la musique avec un grand M

"La musique que j'aime vient de là, d'Odonata X-1" . C'est ce que j'avais écrit sur TikTok. La découverte de ce groupe fût d'une joie indescriptible. C'est vraiment la musique que j'affectionne de tout mon coeur. Alors c'est une grande joie d'accueillir Odonata X-1 pour la première interview après une trop longue absence de Bazar Music. 




Que veut dire Odonata X-1 ?
Fabienne : Je crée beaucoup de graphismes à base d’insectes, comme d’ailleurs sur la pochette de ‘Gravitational Perturbation’. Ainsi j’ai pensé à mélanger ces deux univers : dessin et musique. Odonata représente la famille des libellules et j’aimais bien la connotation ésotérique. Nous avons récemment rajouté ‘X-1’ au nom du groupe car nous nous sommes rendu compte qu’il y avait en France un autre groupe du même nom qui fait de la techno et cela occasionnait des difficultés à être référencé correctement sur internet. Le ‘X-1’ fait référence à SygnusX-1, une masse noire dans l’espace.

Pourquoi ce nom pour votre groupe, qui, je vous l'avoue, raisonne bien, il est comme votre musique, mystérieux ? 
Fabienne : Ce nom est représentatif du style de musique que l’on souhaite développer entre psychédélisme pour la référence à l’espace et ésotérisme pour l’insecte avec le symbole de transformation. De plus, c'est un animal que j’affectionne beaucoup car il possède quelque chose de merveilleux.


Je vous laisse vous présenter. 
Fabienne : Je suis une des guitaristes du groupe Odonata X-1. Juste avant cela je jouais dans Tood, un groupe de doom psychédélique anglais.
Je suis une sorte de touche à tout, évoluant entre musique, dessin, photographie, film et sérigraphie, au fil des besoins. J’enseigne aussi le design. 


Steff : je suis un des guitariste et chanteur de OdonataX-1, j’ai rejoint le groupe il y a quelques années, j’ai une longue “carrière”:) derrière moi, au début des 80’s je jouais avec un groupe punk, “Raff” avec lequel nous avons fait deux albums et un paquet de concerts, puis à la fin des 80’s j’ai monté “Éjectés” plutôt rock/reggae avec qui nous avons fait une bonne quinzaine d‘albums et parcouru le monde, on doit être dans les 2500 concerts dans une vingtaine de pays, et ça joue toujours. J’ai aussi récemment sorti un album mixant bossa et punk. Je suis guitariste, chanteur, harmoniciste, bassiste et je fais aussi du son, plutôt autodidacte. Je suis un fan de musique et de son, et je vais chercher ce qui m'intéresse dans tous types de musique, Punk, Soul, Rap, Metal, Reggae … en fait je suis un punk :)

Steff Tej & Éjectés – 2020
lpcedelric.fr

Comment le groupe s'est-il formé ? 
Fabienne : Juste avant le confinement j’ai dû rencontrer Steff pour collaborer avec lui sur un clip pour son autre groupe ‘Les Ejectés’, et de fil en aiguille on a commencé à faire de la musique ensemble. J’avais déjà commencé ce projet mais il était à l’état embryonnaire. Entre deux confinements j’ai proposé à Steff de venir dans ce projet et gentiment il a accepté. Il a apporté toute son énergie et son expérience du métier et sa sensibilité artistique, ce qui a fait décoller le projet. Mon univers et le sien ont matchés grandement, aussi bizarre que cela puisse être, car nos influences d’alors n’étaient pas les mêmes, lui jouant depuis longtemps dans son groupe de skarock ‘Les Ejectés’ et moi dans les expériences psychédéliques de mes formations précédentes.
Steff : j’ai rejoint le groupe un peu par hasard et en partie grâce au confinement, et me suis rapidement passionné pour la musique de Odonata X-1, et de fait les expériences musicales nouvelles que le groupe m'apporte. 

Fabienne et Steff

Quelles sont vos influences majeures ? 
Fabienne : The Seeds, Pink Floyd (des débuts), Black Sabbath, Can, IronButterfly , Yes (des débuts), Goblin, TenYearsAfter, Hawkwind, Jefferson Airplane, Grand Funk Railroad, Budgie, Bauhaus, Joy Division, …. pour évoquer les anciens, puis pour ce qui est actuel, j’aime Ufomammut, Yob, My Sleeping Karma, Messa, OranssiPazuzu, Dark Buddha Rising , Acid King, Om, ParadiseLost, Amenra…et beaucoup d’autres… on n’a jamais fini de découvrir des musiques puissantes, la vie n’y suffirait pas.
Steff : c’est vaste et ça va un peu dans tous les sens, The Clash, The Damned, Specials, Toots & the Maytals, Public Enemy, Nino Ferrer, Status Quo, Kylesa, Earth Wind & Fire, Motorhead, Link Wray, Bob Marley, Curtis Mayfield, The Who, Boo Yaatribe, Alice Cooper… vraiment des tonnes d’autres groupes mais aussi des compositeurs de musique de films comme Ennio Morricone ou encore Joe Hisaishi.

Can
©AFP-Jaques BREUER/dpa

Qui compose la musique ? 
Fabienne : Au départ j’apporte des lignes de guitare qui seront la base du morceau, et ensuite Steff pose dessus ces lignes de guitare et son texte avec son idée de chant, ou si c’est moi qui chante, je fais de même avec mes textes et mon idée de chant. Ensuite on décide en répétition de la découpe du morceau et des détails.
Steff : C’est ça, en général Fabienne amène ses riffs et je cherche les mélodies, puis les structures, les parties improvisées et les parties plus classiques couplet/refrain en cherchant des enchaînements et des structures directement inspirées par l’atmosphère du morceau.

Qui écrit les textes ? 
Fabienne : Celui qui chante écrit son texte. Par contre les textes doivent coller avec le concept de base qui est de proposer des sortes de tableaux sonores psychédéliques et donc les textes doivent avoir quelque chose d’épique, ou d’onirique, mais surtout pas de réalisme.
Steff : J'écris depuis longtemps dans un style plutôt chanson réaliste, et souvent en français, mais pour OdonataX-1 j’ai adapté mon écriture au style du groupe et des morceaux, là aussi cela me fait travailler différemment et j’y prend beaucoup de plaisir. 


Composez-vous en pensant à la scène ? 
Fabienne : Oui lorsque me vient une idée de riff, je pense souvent à l’ambiance de scène. Lorsque que me viennent des sons, j’ai des images qui me viennent aussi. Pour moi un morceau d’Odonata X-1 , est comme un film ou un tableau. Et pour appuyer ce principe, on a un film décors derrière nous sur scène, réalisé par mon ami Stéphane Lavaud... 

        StephaneLvd@pictures_and_bones Photos et vidéos Instagram  

... qui a beaucoup de talent dans l’art d’éclairer les scènes et dans l’art tout court d’ailleurs car il produit aussi des dessins, des vidéos , des photos extraordinaires. On se connait depuis l’époque où on était étudiants aux Arts Décoratifs . Son film psychédélique derrière nous, appuis cette ambiance interstellaire et mécanique.

 Steff :Non, pas forcément, je m’imprègne surtout du morceau que l’on est en train de travailler, j'écoute beaucoup aussi les répétitions, je me met en immersion total en fait, si le morceau est concluant en répétition, en studio, il doit aussi l'être sur scène. Après, il m’arrive de changer certains thèmes ou parties de chorus en live, mais j’ai remarqué que les gens qui connaissent bien le groupe et les enregistrements étaient un peu déstabilisés par ces changements, donc sur scènes je reste proche des enregistrements tout en gardant des libertés sur les passages en improvisation.

Comment répétez-vous ? 
Fabienne : Nous répétons suivant la fréquence demandée par le projet du moment. Lorsque le rythme de croisière est calme, nous répétons une fois par semaine , mais lorsque des projets exigeants se profilent, alors nous pouvons répéter 3 fois par semaine. 
Steff : Dans les grandes lignes je dirais qu’il a deux types de répètes, celle plus technique ou l’on travaille les morceaux pour la scène et celle où l’on cherche des thèmes, des impros , des structures. 

Répétez-vous en pensant à la scène ? 
Fabienne : Non, pour ma part je me concentre sur la mécanique du morceau, car sur scène je veux pouvoir me concentrer sur le moment et les sensations, et pour cela il faut être délivré de l’aspect technique.
Steff : Comme précisé ci-dessus, pour ma part les répétitions techniques sont destinées à la scène, les autres c’est plus un laboratoire. 

                        Photo : ©Didier Radiguet

La scène vous impressionne ? 
Fabienne : Oui et non. Oui si je réfléchie trop à la situation, mais Non car je me coupe rapidement de mes sensations de peur, et je mets mon esprit dans le morceau. Le début peut être source de stress mais ensuite je fais en sorte de dépasser cela, pour pouvoir profiter de l’instant. Cela dit, se mettre à nu comme ça, devant une masse de gens, c’est toujours impressionnant. Il ne faut pas trop y penser. Ce qui compte ce n’est pas soi mais le lien qui se crée. 
Steff : Oui, après des tonnes de concerts la scène m’impressionne toujours, et je trouve cela plutôt sain. Il faut tout donner, comme si c'était le dernier concert, à chaque fois.

Un concert ça se prépare, quelle est votre façon de le faire ? 
Fabienne : On répète, on résout les problèmes matériels lié au bon déroulement et pour ma part j'essaye de ne pas gaspiller mon énergie afin d’être au meilleur de la forme le jour J.
Steff : Oui, et puis il y a tous les “à côté”, la promo, la route , le son…



Jouez-vous votre album sur scène ?
Fabienne : Oui entièrement.

Êtes-vous vous strict dans l'ordre des morceaux, ou changez-vous parfois, à la dernière minute ? 
Fabienne : On a défini une liste qui nous semble être la progression idéale, avec les enchainements les plus efficaces. Cela dit s’il fallait changer au dernier moment, je ne pense pas que cela poserait un problème.
Steff : oui, il y a une liste préétablie, mais c’est bien aussi de pouvoir s’adapter à la salle , au public, et de parfois changer de tracklist au dernier moment

Comment Odonata X-1 se prépare-t-il pour jouer un concert ? 
Fabienne : Simplement. On s’installe et cela prend une bonne heure ou deux suivant la situation, on balance et on mange. 
Steff : On essaye de faire la meilleure balance possible pour que le son soit impeccable, que ce soit autant pour le public que pour le groupe.

Sur scène, comment ça se passe-t-il en général ? 
Fabienne : En général ça se passe bien. 
Steff : Plutôt cool 

Vous est-il arrivé de casser vos instruments à la fin d'un concert (rire) ? 
Fabienne : Non fort heureusement car j’aime trop le matériel de musique. C’est une véritable recherche qui contribue au style. J’ai fait refaire certains éléments de ma guitare par un luthier afin de m’approcher le plus possible du son recherché. J’ai aussi des amplis particuliers choisi par rapport au son voulu. J’ai par exemple une tête d’ampli Hovercraft Dwarvenaut 20, qui délivre un son très doom . 
Steff : Non non :), je tiens beaucoup à ma guitare ! 

Remarque de Thierry Bienvenue 
Allez, Odonata X-1,dites que vous n'avez jamais rêvé de faire comme Ritchie Blackmore ou Pete Townshend, ou encore comme, ici, mon avatar ? 


Sur scène, portez-vous des habits spécifiques pour les concerts ? 
Fabienne : Non. 
Steff : J’aime bien être à l'aise sur scène, donc je m’habille comme je le sens, je suis plus introverti avec OdonataX-1, et je suis moins frontman aussi car on partage les chants avec Fabienne, et ça me va bien. 

Quelle relation avez-vous avec le public sur scène et après ? 
Fabienne : Lorsque nous jouons, le public est différent à chaque fois, mais généralement il est réceptif et les gens viennent nous parler. L’échange est toujours enrichissant, et bizarrement notre musique interpelle un spectre large de gens, qui ne sont pas forcément dans le milieu du doommetal .
Steff : Pour moi , et par principe le public est un élément du groupe , de la musique, c’est un tout, chaque personne qui vient nous voir est un élément du groupe. J’aime beaucoup discuter après le concert, c’est effectivement très enrichissant, sur soi, sur les autres sur les villes ou les endroits où nous jouons.


Comment le public reçoit-il- votre musique extraordinaire ? 
Steff : Merci beaucoup du compliment, lorsque tu fais du bien en échangeant avec la musique , c’est bien la chose la plus gratifiante, en tant qu’humain et musicien. 
Fabienne : Le public est enthousiaste. Lorsque l’album ‘Gravitational Perturbation’ est sorti , nous avons eu des critiques accueillantes et certaines très accueillantes. Cela nous a permis de voir que tout ce travail a fait son chemin et commence à exister chez les autres, ce qui est vraiment une satisfaction pour nous.

Votre musique est quand même extraordinaire, qu'en pensez-vous ? 
Fabienne : Merci pour le compliment Je ne sais pas si c’est à nous de dire cela car ce serait présomptueux, mais je peux affirmer que Odonata X-1 est mon projet le plus excitant. Ce qui est extraordinaire dans ce groupe, est que l’on peut expérimenter tout ce que l’on souhaite. Il n’y a aucune limite créative, pour moi c’est précieux. Ce qui est extraordinaire est ma rencontre fortuite avec Steff , qui semble être une sorte de cadeaux , car jouer avec quelqu’un d’aussi dédicacé à la musique est source de bonheur. Peut-être c’est cela qui transparaît dans notre musique.
Steff : Encore merci, c’est touchant de déclencher ce genre de sentiment, je ne sais pas si elle est extraordinaire, mais en tout cas sincère, et sans doute originale, du fait des univers différents et en même temps très ouvert de nos influences et de ce que l’on a envie de donner. 

Votre musique me touche. En tant que malade souffrant beaucoup et tout le temps, votre musique m'apaise, me donne les frissons (Rares ceux qui y sont arrivés) Qu'est-ce que ça vous fait de pouvoir contribuer au bien-être de personnes souffrantes ? 
Fabienne : Je suis particulièrement honorée et ravie de contribuer à cela. La musique est à mon sens parmi la meilleure des médecines. Si nous pouvons apporter même un petit peu de bien-être, cela est une source de satisfaction. La musique c’est la vie. Mais la vie aussi au sens mystique, car elle agit sur toutes nos cellules et aussi elle nous réunit.
Steff : Et bien là encore ça me touche beaucoup, pouvoir soulager, donner des frissons, du bonheur c’est bien ce qui nous fait avancer. Etant avant tout fan de musique, celle-ci m'a toujours beaucoup apporté, et pouvoir “passer le flambeau” en quelque sorte et une très grande satisfaction, une sorte d’accomplissement. 

En parlant de votre musique. Avez-vous mis du temps à composer vos titres ? 
Fabienne : Nous avons mis une année et demi, entre recréer le groupe ensemble et à imaginer les morceaux finis. 
Steff : J’ai eu une période d’immersion totale dans la musique de OdonataX-1, et j’en suis très content. Il y a un moment où il faut se consacrer totalement à ce genre de projet, c’est chronophage mais en même temps tu es porté par la musique.


Parlez-nous de votre album. Dites tout ce qui vous semble primordiale à savoir pour nous qui écoutons ce bijou d'album.
Steff : Fait avec amour et sincérité, cet album a été une sorte de quête, un long périple semé d’embuches de joies et de peines, mais on a tracé notre chemin, un long périple avec ce disque au final. Je crois qu’il y a un peu tout ça dans ce disque, malgré les doutes ,les peines mais aussi les joies je suis heureux qu’il soit là, et que des gens s’y retrouve à son écoute. 

Avez-vous vous dû laisser des titres de côté pour enregistrer ? 
Fabienne : Oui, le format vinyle de 18 minutes par face nous a imposé de laisser deux morceaux de côté, mais finalement cela nous a permis de les retravailler ultérieurement pour les immiscer dans le prochain album. 

Comment s'est passé votre enregistrement ? 
Fabienne : L’enregistrement des pistes s’est fait à côté de Limoges, à Media Studio à Verneuil par Alain Miraucourt, puis le mixage a été fait à Marcadet à Paris par Jean-Marc Delavallée et le master à Coppelia toujours avec Jean-Marc Delavallée. Les conditions d’enregistrement étaient très favorables. 
Steff : On a travaillé avec des gens que je connais bien et que j’apprécie sur “Gravitational perturbation”, en prise de son en mix et au master chacun a donné le meilleur, Alain aux prises de son et Jean Marc aux mixages, un travail long et éreintant mais tellement gratifiant. 


C'est un plaisir et une fierté de voir l'album terminé, je pense. Comment ont réagi vos proches, amis, parents... ? 
Fabienne : Oui c’était énormément de travail, d’investissement, et lorsqu’on a reçu les cartons de disque directement de l’usine, ça a été une grande joie, d’autant que c’est aussi le moment ou on réalise si la pochette est réussie. On a l’objet en main. Ma famille proche a été fière de nous et surtout les enfants qui ont assisté de loin aux diverses étapes de la création de cet objet et à sa promotion avec la création des clips qui se sont fait essentiellement dans mon salon. Ma fille a même participé à la réalisation du clip de ‘A CalmValley’, réalisé en stop motion.
Steff : Plutôt bien il me semble, malgré l'étonnement de me trouver sur ce type de projet.

Êtes-vous pleinement satisfait de ce travail, ou avez-vous quelques regrets ? 
Fabienne : J’aime beaucoup le travail de studio réalisé. Il y a un morceau dont je verrai le mix différemment avec du recul, mais ça va quand même.
Steff : J’ai l’habitude de travailler sur tous les processus des enregistrements, après la phase de création. Pour moi il est important d’accompagner le bébé jusqu'à maturation, et je t'avoue que là, on était tous un peu en terre inconnue, musiciens et ingé sons. Et je me suis vraiment questionné jusqu’au dernier moment. En sortant du mastering je ne savais toujours pas. Maintenant, je suis très heureux de ce disque et de son processus de création et de réalisation. 


Pensez-vous parfois à la durée dans le temps et n'avez-vous pas peur de ne plus avoir d'inspiration ? 
Fabienne : Je n’ai pas peur car ce genre de sentiment bloque quoique ce soit. Je vis dans le moment et à chaque étape ses problématiques. Si un jour on devient vide d’inspiration, ce sera le signal pour se lancer dans autre chose. Il y a tant de choses à réaliser. Cela dit, je ne vois pas que le projet s’essouffle de sitôt, il y a tellement de voie à explorer dans le psychédélisme. On peut décemment y passer la vie entière sans voir le fond.
Steff : Je n’ai pas vraiment le syndrome de la page blanche, toujours quelque chose à raconter , à découvrir, à essayer. C’est plus au niveau économique qu’il faut arriver à s'en sortir, mais je le vis au jour le jour. Ce groupe me passionne et je ne me pose pas trop la question de sa pérennité, j’espère que nous pourrons continuer le plus longtemps possible et réaliser de beaux projets. 

Comment est l'ambiance dans le groupe Odonata X-1? 
Fabienne : Comme dans toutes les aventures humaines, il y a des étapes de toutes natures et ce n’a pas toujours été un chemin de roses…ahaha…. mais on peut affirmer que notre collaboration est solide car nous voulons les mêmes choses et notre sensibilité artistique se rejoint. L’ambiance en répétition est studieuse, avec une énergie optimisée sur le but, et l’ambiance est sympathique. En concert on passe de très bons moments et on tisse des souvenirs impérissables.
Steff : On essaie de s’entourer le mieux possible, et quand t'es bien entouré l’ambiance est bonne.

Vous êtes un groupe engagé ? 
Fabienne : Politiquement non. Poétiquement oui.

Iriez-vous à Taratata si Nagui vous invitait ? 
Fabienne : Si par le plus grand des hasards nous étions invités à Taratata, je pense qu’il y a peu de chance que cela se produise…ahaha… je serai heureuse d’y aller. Cela m’apporterait une expérience nouvelle. 
Steff : Je ne pense pas que Nagui nous invite un jour dans son émission, les voix du show bizness sont un peu comme celle du seigneur, impénétrables :). Mais sinon, j’irais avec plaisir, je crois que Nagui a joué Ejectes à la radio dans les années 2000, alors je lui dois bien ça :).

https://www.pirate-punk.net/groupe-musique-punk/?band=Ejectes

LE JEUX 

I. En deux mots, que dites-vous de : 1. Woodstock 2. Gaston Lagaffe 3. Rory Gallagher 4. Rammstein 5. Bruce Wayne 8. Frank Zappa 9. Païce, Ashton, Lord 10. Mana Sama 11. Patti Smith 12. Laurie Anderson 13. Dionysos/Mathias Malzieu 14. Ultra Orange 15. The Liminanas 
Fabienne :  
-Woodstock : festival de légendes
-Bruce Wayne : je compte sur lui, il y a du boulot pour lui dans notre époque.
-Frank Zappa : je l’aime
-Païce, Ashton, Lord : Totalement mon genre.
-Patti Smith : j’adore sa musique. Et j’ai adoré son livre autobiographique ‘Just Kid’. 
-Laurie Anderson : Passionnante
Steff : Woodstock : Santana / Cocker
gaston: le gaffophone
Rory Gallager : bon guitariste
Bruce Wayne : bat man
Zappa : très bien
Paice … : DeepPurple
Patti Smith : égérie punk
Laurie Anderson : très bien
Dionysos : belle énergie
Ultra Orange : pas mal
Liminanas : très bien

II. Ce que vous préférez ? 1. Groupe : 2. Musicien(ne) : 3. Chanteur(euse) : 4. Couleur : 5. Nourriture : 6. Boisson : 7. Genre et titre de film ou série : 8. Acteur(trice) : 9. Voiture : 10. Moto : 11. Vêtement : 12. Habitation : 13. Lieu de vie : 14. Sport : 15. Sportif(ive) 
Fabienne : Mes préférences : j’aime toutes les couleurs car cela dépends juste de leur usage , j’aime la nourriture indienne, et méditerranéenne, j’aime le thé noir corsé avec un nuage de lait, les vieux objets car ils transportent avec eux le temps, j’aime jouer sur de vieilles guitares , j’aime les animaux et les végétaux ,particulièrement les arbres surtout anciens, j’aime collectionner des affiches sérigraphiées de groupe, j’aime m’acheter des vinyles et surtout faire des recherches à travers cela, et puis les pochettes de vinyles, j’aime les insectes, j’aime l’art sacré toutes époques et cultures, j’aime les vieilles pierres, les menhirs et dolmens ,les sites sacrés ancestraux, j’aime Jodorowsky, Metal Hurlant, Manu Larcenet, Claude Chabrol, David Lynch, John Carpenter, Dario Argento, Mario Bava, Russ Meyer, Herschell Gordon Lewis, Jacques Tati, Albert Dupontel, les films d’horreur des années 70 , mais maintenant que j’y pense, ceux aussi des années 50, 60 et 80, j’aime les Godzillas, j’adore l’architecture moderne écofuturiste, mais aussi les édifices du moyen-âge, le symbolisme, l’Art Nouveau, le Pré-Raphaëlisme, les Naturalistes du XIXème siècle. 


Steff : 
1 : the Clash
2 : Chet Baker
3 : Serge Gainsbourg
4 : Bleu
5 : Fruits
6 : Eau gazeuse
7 : Kitano
8 : Robert de Niro
9 : Les vieilles voitures
10 : la mienne Honda 500 cx revisité
11 : A l'aise
12 : En hauteur
13 : Toujours en ville
14 : Boxe chinoise
15 : Oui
16 : Pas assez de choses
17 : Trop de choses
1 : the Clash
2 : Chet Baker
3 : Serge Gainsbourg
4 : Bleu
5 : Fruits
6 : Eau gazeuse
7 : Kitano
8 : Robert de Niro
9 : Les vieilles voitures
10 : la mienne Honda 500 cx revisité
11 : A l'aise
12 : En hauteur
13 : Toujours en ville
14 : Boxe chinoise
15 : Oui
16 : Pas assez de choses
17 : Trop de choses

Du fond du coeur, je vous remercie pour votre gentillesse, votre patience et votre talent.


 
Photos : ©Anne Loulef

Vous pouvez retrouver Odonata X-1 en regardant leurs Vidéoclips :
Official video /‘Oriental Memories’ - OdonataX-1:

Et sur les Réseaux sociaux :
Bandcamp: 
Fanlink: 
Facebook : 
Instagram :
Tik Tok :

Thierry Bienvenue 

lundi 29 juillet 2019

MENECH' "La scène c'est ma vie"


"Il y a dans les textes toutes les émotions que nous pouvons avoir qu’elles soient positives et comme les plus sombres. Il y a des tranches de vie et des moments passés."Menech'

Interview de Menech'

Bonjour Menech', merci d'avoir accepté de répondre à mes questions pour BAZAR MUSIC.

Bonsoir, voici mes réponses à vos questions dans l’ordre. Merci, ce fut un plaisir pour moi.

A lire "Our Story" sur votre page Facebook, vous avez commencé à écrire de la musique à 5 ans? Comment est-ce possible?

J’ai commencé à écrire des textes à 14 ans et comme je les écrivais façon chanson (couplet refrain), je me suis dit qu’il fallait les mettre en musique alors j’ai appris seul à jouer de la guitare à 16 ans. Le soir, après les cours, je prenais une vieille gratte et j’enchaînais les accords principaux... puis cela a donné mes premières chansons, je tentais de chanter déjà par dessus. 4 mois après avoir touché mon instrument, j’ai fait mon 1er concert. Ce jour en 1998 où j’ai commencé mon 1er accord je me suis dit : un jour j’enregistrerais un album et je jouerais devant plein de monde. Près de 20 ans après je continue mon objectif.

Comment écrivez-vous aujourd'hui ?

Aujourd'hui, j’écris toujours ce qu’il me passe par la tête, sur mon téléphone ou sur un bout de papier. J’ai la musique dans la tête, je la joue à la guitare, j’entoure rapidement sur mon mac de basse batterie claviers et plusieurs autres guitares. Enfin, après je prends mon texte et je le mets en mélodie souvent en le modifiant légèrement. En 20 ans, j’ai jamais vraiment compté mais j’ai dû écrire plus de 150 textes.
Crédit photo: Frank Loyen


Votre influence principale est Jean-Jacques Goldman. Pour une raison simplement mélodique ou parce que lui aussi semble mélancolique ? Torturé ? Lui aussi crie?Votre influence principale est Jean-Jacques Goldman. Pour une raison simplement mélodique ou parce que lui aussi semble mélancolique ? Torturé ? Lui aussi crie?

Mon influence majeure pour l’écriture est JJ Goldman. Mes premiers textes ont été écrits en écoutant « entre gris clair et gris foncé ». Ce qui a été finalement MA révélation fut l’album « en passant » et surtout le live qui a suivit... ce que j’aime, c’est que tu dois lire et relire, parfois entre les lignes, avant d’en comprendre le sens. J’aime que les mots soient parfaitement choisis et bien placés.
Il faut être, oui je pense, un brin « torturé » pour écrire autant et sur tant de sujets.


Jean-Jacques Goldman
© Lionel Hahn/ABACA


Est-ce que vous êtes aussi sensible à des causes comme les Restos du Cœur?

La cause, la base des restos du cœur est évidement pour moi très importante, mais pour qui ça ne le serait pas ! Ayant des origines de milieu populaire, et ayant vu de près les difficultés de beaucoup, cette association est malheureusement d’une nécessité absolue que ce soit pour les repas mais aussi pour le soutien des bénévoles par les mots ou leur présence vis à vis des bénéficiaires.

La chanson "J't'aimais", est-elle une expérience personnelle?

J’t’aimais vient d’une expérience personnelle. La base de ce texte était : comment peut-on vivre une relation autant passionnelle d’une telle intensité et finalement, du jour au lendemain, n’être plus rien...


Vos chansons abordent-elles toujours le sujet de l'amour?


Non, mes chansons ne parlent pas que d’amour. Il y a dans les textes toutes les émotions que nous pouvons avoir qu’elles soient positives et comme les plus sombres. Il y a des tranches de vie et des moments passés.Pensez-vous qu'il est important de parler des problèmes amoureux?Il est important de parler de tout, des problèmes amoureux comme d’autres. Moi j’ai choisi de les écrire, c’est une sorte de thérapie.

Avez-vous des chansons engagées ?

Je n’ai pas de textes engagés. Aujourd'hui, ce n’est pas mon écriture. Il y a encore bien à écrire sur nos sentiments nos émotions nos envies nos bonheurs comme nos peurs et nos pleurs. Je n’ai pas envie aujourd'hui de rentrer dans un texte « contre » la société, ou telle ou telle chose. Après je ne m’arrête à rien donc qui sait ?
Crédit photo: Frank Loyen


Êtes-vous un chanteur à texte?

Je pense et j’espère être en effet un chanteur à texte. En tout cas, ils ont tout autant d’importance que la musique dans l’ensemble d’une chanson.

Avez-vous un message à apporter à ceux qui vous écoutent ?

Je n’ai pas forcément de message. Ce que j’aime c’est qu’en écoutant une de mes chansons, cela nous rappelle un morceau de sa vie, qu’on ressente des émotions.

Quelle place prend la guitare dans vos chansons?

La guitare acoustique est toujours à la base de la composition. Après, j’aime mettre des riffs et des mélodies à l’électrique, avec des effets et parfois de la disto sur des refrains.


Comment avez-vous appris a chanter?

Je compose depuis toujours. Avant, je les faisais chanter par des voix féminines. Et puis il y a 5 ans, j’ai décidé de chanter moi-même mes textes. Quelques cours de chant et beaucoup de répétitions et c’était parti !

Ne trouvez-vous pas un peu fade la musique de la majorité des groupes Pop?

Aujourd'hui, la musique pop est sans réellement de guitares, mais plutôt basse et drums. Je ne suis pas trop fan de cette musique electro à la mode. Néanmoins, j’écoute tout ce qu’il se fait pour tenter avec mon style de coller au son actuel un minimum.

Pourquoi n'y a-t-il pas un solo de guitare dans la chanson "J't'aimais"?

Je ne suis pas fan de solo. J’ai jamais appris à en jouer. J’ai des riffs simples qui se retiennent vite. Mon guitariste en voudrait tellement un alors je trouverais de quoi en placer un beau et long pendant le concert !

Parlez-nous un peu de cet album qui vient.

L’album sera composé de 10 à 12 titres. On va commencer par sortir un EP pour octobre 2019. J’espère y faire partager tous les styles de pop rock, rock indépendant, folk ou encore la chanson française, parfois joyeux, parfois tristes. Que ce soit en live ou sur l’album, chaque titre a sa particularité qui fait que, je l’espère, on ne s’ennuie jamais.

Parlons un peu matos, qu'aimeriez-vous nous partager sur vos instruments et autres?

Pour les guitares je suis fidèle : takamine en folk que j’ai depuis plus de 15 ans et fender pour l’électrique. J’ai fait beaucoup de modèle et j’ai choisis la telecaster. Pour les ampli, je reste dans le classique fender déluxe ou peavey classic. Le son que je veux entendre est dans ces instruments là, impossible d’expliquer réellement car je n’ai jamais appris le solfège, la musique et même la technique. J’ai toujours tout fait à l’oreille.

Quels sont les musiciens qui vous accompagnent? Comment se passent les répétitions

J’ai une équipe de 4 musiciens avec moi. Nous sommes donc 5 sur scène avec en plus des duos féminins. Il y a des chœurs et parfois 3 guitares. On se partage les instrus du coup ça bouge pas mal sur scène. Pour les répétitions, j’envoie les maquettes composées chez moi, et on agrémente après tous ensemble. Des idées nouvelles viennent alors, je modifie la maquette et la renvoie. Pour mes live, nous répétons longtemps avant la setliste et de nombreuses fois pour être à l’aise sur scène.


Et sur la scène ? Aimez-vous la scène ?


Ça fait 20 ans que je fais de la scène. Pendant 15 ans en tant qu’auteur compositeur et guitariste. J’ai vécu pleins de bons moments des petites et grandes salles, des bars et des festivals. Depuis que je chante le premier restera gravé car je l’avais dans la tête depuis très longtemps. Qu’il y ait 100 ou 1000 personnes, je donne tout ce que j’ai en moi.

Vous êtes actuellement en solo. Que pouvez-vous nous dire sur votre nom Menech'?

Mon nom de scène est mon surnom donné par des amis. Il vient d’un dérivé de mon nom de famille.

Quel contact avez-vous avec le public?

J’ai besoin de quelques minutes après la scène, reprendre mon souffle et mes esprits. Ensuite, je vais à la rencontre du public tant que je le peux. J’aime échanger avec lui, c’est un moment très important.

Quel est votre meilleur souvenir de concert?

La scène est ma vie. C’est là où je me sens le mieux. C’est comme une drogue (positive). C’est là où je peux partager ces heures de composition et de répétition, c’est là où je peux me lâcher, où les douleurs s’envolent. C’est là le fruit du travail et voir des visages heureux, des têtes qui bougent, des sourires ou des larmes devant moi, c’est mon plus beau cadeau.


Et le pire?


Le pire... pas encore avec Menech’ mais avant, un jour de pluie où le public était absent. Je ne dirais pas le nom de la salle, on ne sait jamais, mais je me nourris du public alors quand il n’est pas là...


Qu'aimez-vous ?

J’aime avant tout la musique. J’achète des CD (oui encore) je l’analyse je la décortique. Je collectionne les CD, c’est là où pour moi on trouve le meilleur son. La musique se grave à ma vie et je me souviens de mon passé en écoutant certains albums. Sinon, J’aime écouter les personnes autour de moi, analyser, comprendre ce qui m’entoure. J’aime décodé ce qui m’entoure un peu psychologue. J’aime l’économie et l’histoire. Pour finir, j’aime le sport en particulier le foot et la formule 1. Enfin, je suis fana de chat !

Que devons-nous retenir de Menech'?

Ce qu’on doit retenir de Menech’ ? Un univers propre, des textes en français qui parlent à tous et un style pop rock mélodique, des refrains qui se retiennent et une musique qui je l’espère ne laisse pas indifférent.


Quel est le dernier film que vous avez vu?


Je ne suis pas très film/cinéma par manque de temps mais je crois que le dernier film qui m’ait marqué, c’est « le sens de la fête » en DVD. J’aime principalement le cinéma français type Klapisch et américain type Tarantino.

Qu'écoutez-vous ces jours?

Le dernier est un groupe de pop rock anglais Palace « Life after ». J’ai l’impression de retrouver les premières heures de Coldplay dans l’album « parachute ». Cet album a révolutionné mes oreilles et la façon de composer et jouer la musique. C’est assez triste dans l’ensemble mais c’est tellement beau.

Votre premier album acheté ?

Mon premier album acheté j’ai du mal à m’en souvenir mais je me revois avec la cassette de Brian Adams avec son single « everything i do ».

Le dernier?

Le dernier est un groupe de pop rock anglais Palace « Life after ». J’ai l’impression de retrouver les premières heures de Coldplay dans l’album « parachute ». Cet album a révolutionné mes oreilles et la façon de composer et jouer la musique. C’est assez triste dans l’ensemble mais c’est tellement beau.


Streaming, CD ou LP?

Comme dit précédemment CD toujours et toujours. Je n’écoute jamais la musique en streaming.

Comics, BD franco-belge ou Manga?

J’ai eu une grosse période manga entre 12 et 18 ans dans les années 1990. J’avais des mangas en japonais. Nous les trouvions que dans une seule boutique à Paris 11eme. Aujourd'hui, je n’en lis plus mais je trouve ça toujours aussi beau. En ce qui concerne BD et comics, non je ne m’y suis jamais intéressé.

Que lisez-vous actuellement ?


Je lis principalement des thrillers. Je viens de finir de dernier Thilliez « Luca », toujours aussi fort. Je lis énormément le soir pour tenter de débrancher le cerveau !

Quel est le musicien ou la musicienne qui a marqué la Pop française?

En France, hormis Goldman cité précédemment, je n’ai pas grand repère. Seul un album m’a profondément touché. il s’agit du groupe eNola sorti en 2002. Le chanteur de ce groupe était Armand Melies qui fait une carrière solo désormais. S’il fallait en citer d’autres, je dirais de Cabrel à Bashung. Par contre en rock français j’en ai écouté beaucoup : des anciens comme Dolly, Kaolin ou Noir désir et Mlle K, Luke et Eiffel.

eNola
Crédit photo : Vanessa FILHO

Nous arrivons à la fin de notre interview. Que pouvez-vous nous dire en deux mots au sujet de:
Michel Polnareff, Frank Zappa, Serge Gainsbourg, Véronique Sanson, Steven Wilson, Kiss, Lou Reed, Sheila et H-TAAG, Rory Gallagher, Magma, Daniel Balavoine,
Zaz, Nick Cave, Jacques Higelin, Rita Mitsouko, 21 Pilots?


Dans la liste citée, je n’écoute que Steven Wilson. J’ai beaucoup le rock progressif de 10min chaque morceau ! Je respecte profondément Gainsbourg, Balavoine et Higelin pour ce qu’ils ont apportés à la musique française.

STEVEN WILSON
Créateur :Joergens.mi, Joergens.mi
Droits d'auteur :CC-BY-SA 3.0

Et sur ces genres musicaux?
Black Metal, Hard Rock, Musique contemporaine, Rap, Reggae, Blues, Jazz, Prog?

Dans tous les styles cités, je peux m’en nourrir dans mes compositions. Même dans le rap, j’y trouve mon compte dans le flow. Dans le reggae où le blues, le prog ou le hard rock, ce sont les instrus que j’écoute avec attention. Seuls le black métal, le r’n’b ou la musique ultra commerciale ne me touchent pas.

Eh bien je vous remercie Menech'. C'est vous qui concluez votre interview. Vous êtes libre de dire ce que vous voulez.

Pour finir, chers lecteurs, cher public, rentrez dans mon univers, venez nous voir en live, c’est un moment unique. Ecoutez cette musique encore et encore, qu’elle vous accompagne dans votre vie, qu’elle reste dans vos mémoires...


"
J’espère y faire partager tous les styles de pop rock, rock indépendant, folk ou encore la chanson française, parfois joyeux, parfois tristes"


Menech'


RAPPEL: Menech' va commencer par sortir un EP pour octobre 2019!!!!

Ichigo Samuru
























Odonata X-1, la musique avec un grand M

"La musique que j'aime vient de là, d'Odonata X-1" . C'est ce que j'avais écrit sur TikTok. La découverte de ce g...